Le piquage

LE PIQUAGE

Contrairement à des idées reçues, les aiguilles ne sont pas creuses, le tatouage n’est pas une injection !!!
Les aiguilles sont pleines en inox ou en acier.

Quelles aiguilles sont utilisées pour tatouer ?

Les aiguilles sont en acier chirurgical. Leur diamètre varie de 0,25 à 0,45 mm. Elles sont soudées sur une tige, soit en rond, en peigne ou en double peigne appelé magnum. Pour éviter les interstices, elles se montent toujours en chiffre impair, l’ensemble s’appelle un « faisceau ».

En général, on trouve 2 types d’aiguilles :
- pour le tracé : la pointe est très effilée, affûtage long
- pour l’ombrage et le remplissage : la pointe est plus en forme d’ogive, affûtage court.

Les aiguilles sont-elles neuves ?

Les aiguilles doivent toujours être neuves, donc à usage unique et stérilisées. Si un studio n’applique pas cette « obligation », partez en courant !!!
Tout tatoueur consciencieux désolidarisera les aiguilles de la tige devant vous, vous permettant ainsi de mieux comprendre le fonctionnement et les jettera dans le collecteur prévu à cet effet.

À quelle profondeur les aiguilles rentrent-elles dans la peau ?

La profondeur de pique varie de 0,1mm à 4mm, selon l’endroit où on tatoue, de la personne à tatouer et des habitudes de travail du tatoueur.

Qu'est-ce qu'un faisceau d'aiguilles ?

En général pour réaliser un tatouage, il faut un faisceau de plusieurs aiguilles :
- pour le tracé : 3, 5 ou 7 aiguilles
- pour le remplissage/ombrage : 5, 7, 9, 11, 14, 21 ou 45 aiguilles.

Il s’avère parfois nécessaire de changer de « faisceau » pour la réalisation d’un « grand » tatouage car les aiguilles finissent par s’user et s’émousser, par le nombre de perforation du cuir humain.

A quoi servent des faisceaux ronds ?

Les aiguilles soudées en rond, permettent d’avoir :
- un tracé bien linéaire avec 3 à 7 aiguilles,
- un remplissage ou un ombrage bien régulier avec 7 à 21 aiguilles.

A quoi servent les faisceaux en peigne ou en magnum ?

Les aiguilles montées en peigne ne sont quasiment plus utilisées, on leur préfère le double peigne superposé en décalé: le « magnum » constitué de 5 à 45 aiguilles.
Ce montage permet d’avoir une surface de pique plus importante, donc une réalisation plus rapide, avec de plus beaux aplats ou dégradés. De plus, l’utilisation du « magnum » sur la tranche permet d’accéder aux endroits inaccessibles avec un faisceau rond au même nombre d’aiguilles.
Néanmoins l’utilisation d’un « magnum » s’avère plus délicat, du fait de garder le faisceau bien parallèle à la peau afin d’éviter de « déchirer » celle-ci ou d’avoir un trait trop marqué dans un ombrage.

De quoi est faite l’encre ?

Leur composition au départ minérale est maintenant organique et leur qualité permet une meilleure pénétration dans la peau, ainsi qu’un meilleur éclat visuel et une meilleure tenue dans le temps.

En général l’encre est composée :
- d'un pigment organique au code CI (charte du Colour Index),
- d'eau déminéralisée,
- de listérine ou glycérine,
- d'alcool.
Les pigments étant plus finement broyés, le terme commercial emploie l’appellation pleine de sous entendus : d’encre pré-dispersée.

Mais malgré tout, les couleurs les plus claires « prennent » moins bien, cela est dû à la pigmentation naturelle de chacun, de plus elles sont moins stables aux UV. Il peut arriver que certaines peaux refusent certaines couleurs mais çà on ne le sait que quand on est déjà tatoué.

Existe-t-il beaucoup de couleurs ?

La palette des couleurs à disposition est infinie. Toutes les couleurs étant miscibles entre elles et superposables en dégradé, cela permet une variété de composition égale à celle d’une palette d'un artiste peintre.

La base étant :
- les couleurs primaires et ses nuances : bleu, rouge, jaune;
- les couleurs secondaires et ses nuances : violet, vert, orange;
- le noir;
- le blanc.